J’ai 26 ans, et le mot attente je sais ce qu’il veut dire. Je me suis marié jeune, et avec mon mari nous souhaitions rapidement fonder une famille. Autour de moi mes soeurs, belles-soeurs, collègue de travail, tout le monde parlait bébé. Je me suis rapidement sentie exclue du groupe familial et amical. En réalité personne ne m’excluait, c’est moi qui me mettais en retrait. Les discussions de celle qui était enceinte qui se plaignait de nausées, les photos de leurs merveilleux enfants, Noël, la Fête des Mères, tout cela je ne pouvais plus le supporter.

Notre désir d’enfant était profond très fort, j’étais frustrée, envieuse jalouse. Voir les ventres des femmes enceintes c’était pour moi voir le mien qui restait vide.

Autour de moi personne ne comprenait ma souffrance les seules mots étaient « vous êtes jeunes vous avez le temps ».

Avec mon mari nous ne comprenions pas pourquoi je ne tombais pas enceinte, cela faisait plus d’un an que nous n’avions plus de contraception.

Nous avons fait tous les examens possibles, tout était normal.

Le gynécologue disait « soyez patient », peut-être avez-vous un blocage psychologique.

Mon enfance et les conditions de ma naissance avaient en effet été difficiles.

J’ai suivi une psychothérapie, je me suis enfin accordé le droit de choyer mon corps.

Avec mon mari qui lui avait eu une adolescence tumultueuse, nous voulions cet enfant, mais psychologiquement nous n’étions pas prêts. Nos corps non plus, nous n’avions jamais fait attention à notre santé, nous fumions encore.

En plus de la psychothérapie, nous nous sommes intéressés aux médecines naturelles, à la nutrition.

Pendant cette période mon obsession de tomber enceinte à diminuer.

À ce moment-là il était clair pour moi qu’il y avait des étapes à respecter, dans un premier temps nous mettions toutes les chances de notre côté : santé morale et physique.

Cinq mois après avoir changé notre mode de vie, j’étais enceinte.

Merci pour vos conseils, cela m’a ouvert les yeux. Vos vidéos, et le livre « le miracle de la grossesse » m’ont beaucoup aidé.