Exploration de l’infertilité : La qualité du sperme

L’article précédant présentait les trois causes principales de l’infertilité.
Dans cet article une des trois causes (la qualité du sperme) est reprise plus en détail.

Deux autres articles à venir traiteront de

L’examen du sperme ou spermogramme est l’élément-clé de l’évaluation de la fertilité masculine. Il doit être effectué avant ou en même temps que les bilans féminins. Il serait incohérent d’imposer à la femme une batterie de tests sans prendre la peine de vérifier la présence des spermatozoïdes chez son conjoint. Concevoir un bébé se fait à deux, les examens aussi.

Pour le patient, c’est toujours une épreuve pénible, car le sperme doit être recueilli au laboratoire par masturbation.

S’il est parfois difficile de faire abstraction du poids des tabous ou des convictions religieuses, la principale crainte des patients réside dans la découverte possible d’anomalies. Le diagnostic constitue aussi une source de dévalorisation potentielle pour le patient qui s’identifie parfois à ses spermatozoïdes et, donc, aux anomalies détectées. Cette dévalorisation personnelle peut avoir des retentissements sur les relations conjugales en général et sur les relations sexuelles en particulier.

Les principaux paramètres évalués sont les suivants : le volume du sperme, le nombre total de spermatozoïdes, leur mobilité et leur forme.

Contrairement à une idée répandue, le volume de sperme émis au moment de l’éjaculation, appelé éjaculat, n’a pas de signification particulière.

Les seuils sont : au moins 1,5 ml pour le volume du sperme ; au moins 39 millions pour le nombre total de spermatozoïdes ; au moins 32 % pour la proportion de spermatozoïdes mobiles.

Quelles peuvent être les mauvaises nouvelles qui vous empêchent de tomber enceinte rapidement ?

La plus mauvaise situation est, de façon prévisible, l’absence totale de spermatozoïdes, appelée azoospermie.

Ce diagnostic n’est posé qu’à l’issue de deux voir trois spermogrammes réalisés à distance les uns des autres. L’enjeu est évidemment trop important pour ne pas vérifier plusieurs fois. Lorsque le diagnostic est confirmé, le médecin demande l’avis d’un urologue pour connaître la cause de l’azoospermie, car il en existe deux formes distinctes

L’azoospermie « sécrétoire» encore appelé « non obstructive » et l’azoospermie « excrétoire» ou non « obstructive ».

Sur le même éjaculat, deux autres examens sont souvent demandés : la spermoculture et le test de migration-survie. La spermoculture est la recherche de bactéries dans le sperme.

Le test de migration-survie vise à analyser, au laboratoire, le comportement des spermatozoïdes placés dans des conditions comparables à celles rencontrées dans les voies génitales féminines.

En pratique, et sans préjuger du bilan féminin, le résultat du test de migration-survie permet de définir la technique d’assistance médicale à la procréation la mieux adaptée à la situation du couple.

Continuez à suivre des règles de vie qui de toutes les manières vous aiderons à tomber enceinte. N’oubliez pas les thérapies holistiques

 

 

Continuez à suivre des règles de vie qui de toutes les manières vous aiderons à tomber enceinte. N’oubliez pas les thérapies holistiques

 

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire